L'impact de l'opium sur la littérature de Cocteau

Opium, le livre

En décembre 1928, Jean Cocteau entre à la clinique de Saint-Cloud où il doit subir une cure de désintoxication de l'opium. C'est là qu'il écrira en dix-spet jours un de ses chefs-d'oeuvre, Les Enfants terribles . C'est là aussi qu'il rapporte ce journal, publié en 1930. " je ne plaide pas. Je ne juge pas. je verse des pièces à charge et à décharge au procès de l'opium." Jean Cocteau, opiomane, écrit et dessine. Pour lui, il s'agit d'une même activité, du même acte créateur: " Ecrire pour moi, c'est dessiner, nouer les lignes de telle sorte qu'elles fassent écriture, ou les dénouer de telle sorte que l'écriture devienne dessin." Ainsi, tout au long des jours, des instants, un livre naît sous nos yeux, fait de notations, de jeux avec les mots, de jugements de poète. Il interroge, en toute lucidité, une expérience qui à partie liée avec le plus profond de l'être, et par là même  avec la création artistique, conçue comme voie d'accès à une autre dimension du temps. En d'autre moments, ce journal de solitude s'éclaire de remarques sur le cinéma, sur la poésie, sur l'art. Le thème lancinant, qui revient au détour de chaque page, c'est celui de l'opium. Ainsi Jean Cocteau retrouve-t-il la grande tradition des poètes visionnaires, de baudelaire et surtout de Rimbaud.

 "Plus on est avide, plus il est indispensable de reculer coûte que coûte les bornes du merveilleux." Plus qu'à un témoignage personnel, c'est à une méditation sur la création, sur la poésie, sur le style, sir notre rapport même à l'existence que nous convie Jean Cocteau . Méditation poétique visant à cerner des notions subtiles. " Il faut laisser une trace de ce voyage que la mémoire oublie, il faut, lorsque c'est impossible, écrire, dessiner dans répondre au invitations romanesques de la douleur, ne pas profiter ed la souffrance comme d'une musique, se faire attacher le porte-plume au pied si nécessaire, aider les médecins que la paresse ne renseigne pas." Il pense que le rôle du poète n'est pas de prouver mais d'affirmer sans fournir aucune des preuves encombrantes qu'il possède et d'où résulte son affirmation. Le poète de ne demande aucune admiration; il veut être cru. Une réflexion poussée sur la vitesse; ce surgissement brusque d'une émotion ou d'une vérité dans l'oeuvre d'art, par delà ses techniques et ses ressources expressives. " Tout est une question de vitesse.( Vitesse immobile. La vitesse en soi. Opium: la vitesse en soie)". Une analyse du style: " Un style qui ne se laisse pasticher d'aucune sorte. On ne sautait pas où le prendre. Un style qui ne naisse que d'une coupe de moi, d'un durcissement de la pensée par le passage brutal de l'intérieur à l'extérieur. Avec cette halte ahurie du taureau sortant du toril." D'une remarquable pudeur sur les souffrances de la cure, Opium est le livre émouvant d'un homme reclus, qui évoque librement ses admirations ou ses affections, qu'elles aient pour nom Raymond Radiguet, Marcel Proust ou Chaplin. Un livre de lucidité aussi, qui répond pleinement à la maxime d'OscaWilde citée aux premières pages: " le seul crime est d'être superficiel, tout ce qui est compris est bien." Un journal, intime, saisissant. Rarement l'auteur aura été plus émouvant et simple.

Jean Cocteau, Dessin original pour Opium, vers 1929.

Interview littéraire

 Suite à la sortie du livre de Jean Cocteau, L'Opium, notre journaliste interview le critique littéraire Paul Stho. S'étant informé à propos des lettres retrouvées de Cocteau et de son livre, le journaliste l'interroge à propos de ses différentes interprétations ainsi que sur l'influence de l'opium sur l'écrivain.

 

Pouvez-vous qualifier le  livre de Cocteau, L'opium ?

"Cocteau a écrit ce livre lors de sa cure de désintoxication. Je pense qu'il ne l'a pas écrit comme un simple roman, mais plutôt comme un journal intime où il confesse ses impressions face à un manque croissant d'opium, d'où le titre de l'ouvrage. Cocteau fait de son livre, un recueil rempli de notations, de jeux de mots ainsi que de jugements sur ses contemporains. IL se permet aussi de faire des remarques sur le cinéma et sur la création de l'art. Cocteau mêle à ses impressions des dessins fait sous l'emprise de l'opium."

Suite à quel événement a-t-il succombé à la prise de cette drogue?

 "Si l'on en croit les études psychologiques, faites par certains médecins, les consommateurs d'opium sont principalement des personnes ayant une vie difficile, ou la souffrance était un sentiment permanent de leur quotidien. En étudiant de plus près la vie de Jean Cocteau,  nous nous sommes aperçus que les années en compagnie de Raymond Radiguet, son meilleur ami, sont d'une fécondité exceptionnelle et, lorsque le jeune poète romancier meurt en 1923, Cocteau est anéanti. C'est à la suite de ce deuil qu'il commencera à fumer de l'opium, pratique qu'il n'abandonnera plus tout sa vie durant, sinon pendant l'Occupation."

Nous avons appris récement la découverte de plusieurs lettres écrites par Jean Cocteau, que nous ont-elles apportées?

"La plupart des lettres retrouvées sont des lettres destinées à la mère de Jean CocteauIl les a écrites quand il  se trouvait dans le sud de la france.  Il y écrit surtout ce qu'il ressent après les morts de ses différents amis, comme celle de Radiguet. On comprendra que Radiguet était comme une drogue pour Cocteau, et l'on comprend ainsi pourquoi il tombera dans l'opium car pour lui c'était comme pour combler un manque. Cocteau le dira lui-même dans ses lettres: " la mort de raymond m'a tué", " la mort de Raymond m'a laissé seul, comme un fou, au milieu des débrits d'une maison de cristal", " j'essaye de vivre ou plutot d'apprendre à vivre à la mort que je porte en moi. c'est atroce.

Quel a été l'influence de l'opium sur le livre Opium de Jean Cocteau

" Cocteau écrit son livre lors de sa deuxième cure de désintoxication. Cependant, il n'arrête pas sa consommation. Il peut écrire pendant des moments de "manque", ou il perd complètement ses moyens, tremble, transpire...tout comme sous l'emprise de la drogue. Dans ces moments-ci il expliquera l'effet que produit l'opium: il se sent  euphorique et critiquera la médecine. Pour lui, la médecine ne devrait pas perfectionner la désintoxication, mais devrait plutôt essayer de rendre l'opium inoffensif. Je ne pense pas que l'on puisse dire que l'opium a influencé l'écriture de son livre, puisque celui-ci l'écrit plutôt pendant des "vrais" moments de désintoxication. L'opium aura surtout eu un  effet sur les dessins de Cocteau, présentés dans son livre. "

 

Citations du livre "Opium"

 

 

 

 

 

 

Phrases extraites d'Opium, journal d'une désintoxication

" L'opium dégage l'esprit. Jamais il ne rend spirituel." 

"La sagesse est d'être fou lorsque les circonstances en valent la peine "

"Tout ce qu'on fait dans la vie, même l'amour, on le fait dans le train express qui roule vers la mort." 

 

Citations de Jean Cocteau

"Plus on est avide, plus il est indispensable de reculer coûte que coûte les bornes du merveilleux." 

"Tout ce qui n'est pas cru reste décoratif."

" Le cinéma, c'est l'écriture moderne dont l'encre est la lumière." 

 

Francis Picabia, Jean Cocteau, 1921.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site