Une théorie montrant que l'artiste est au joug de l'histoire.

La théorie de Max Milner selon laquelle l'artiste est sous le joug de l'Histoire

Un théoricien, Max Milner, a étudié l'effet qu'à eu l'opium sur la littérature, dans le cadre d'un magazine littéraire, s'intitulant La tentation du bonheur. "Le XIXeme siècle a été le siécle d'un paradis perdu", dit-il, et pour causes. Les drogues ont, certes, été utilisées depuis un temps immémorial, mais elle deviennent vers le XIXeme siècle un antidote fascinant contre les maux de la mordernité s'installant. Le théoricien pense que le langage s'est ouvert à la drogue, celle-ci se pliant aux fantaisies et aux fulgurations. La nostalgie des artistes du XIXeme engendre une consommation d'opium abondante menant à une évolution de sensibilités attendue par la machine sociale. D'abord, de nouvelles formes de sociabilités s'installent en europe depuis la révolution industrielle, comme l'apparition des fumeries d'opium. Max Milner explique ensuite qu'une personne seule, dépourvue de tout bonheur éventuel, oublie son malheur d'être isolé par le pouvoir de l'opium.

Beaucoup d'artistes, qui ont souffert d'être seuls, se sont ainsi adonnés à l'opium. Et Jean Cocteau en fait partie.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site